Robyn Benson, PSAC

N'oublions pas les enfants


La création d'un programme national de garderies fait les manchettes de façon intermittente depuis 1970. Si on peut se réjouir que l'idée soit de nouveau à l'avant-scène, il serait absurde de croire que le moment est bien choisi. Le moment aurait été bien choisi il y a plus de 40 ans, lorsque la Commission royale d'enquête sur la situation de la femme au Canada a proposé l'idée pour la première fois. Aujourd'hui, le moment est au rattrapage.

C'est le Québec qui a ouvert la voie en mettant sur pied son propre programme de garderies abordables en 1997. L'économie de la province ne s'en est que mieux portée : on estime qu'en 2008, le programme avait majoré le produit intérieur brut d'environ cinq milliards de dollars et permis à quelque 70 000 mères de plus de travailler à l'extérieur. Si on tient compte des recettes fiscales additionnelles, il s'agit d'une formule gagnante pour tout le monde, y compris le gouvernement fédéral. En d'autres mots, les services de garde de qualité sont bons pour l'économie, et plus encore pour les enfants, toutes classes sociales confondues.

Rappelons que le gouvernement libéral de Paul Martin avait obtenu de l'ensemble des provinces qu'elles appuient un programme national de garderies. Cette entente, Stephen Harper l'a mise au rancart dès son accession au pouvoir en 2006, la remplaçant par la Prestation universelle pour la garde d'enfants (PUGE). Cette prestation mensuelle était dérisoire à l'époque et rien n'a changé. Car même si elle passe à 160 $ par mois, comment aidera-t-elle les parents qui vivent à l'extérieur du Québec, où les places en garderie peuvent coûter jusqu'à 2 000 $ par mois? Ce n'est pas non plus la légère augmentation de la déduction pour frais de garde d'enfants qui les soulagera. Ni la PUGE, ni la déduction pour frais de garde d'enfants ne créent de places abordables en garderie : c'est là tout le problème. À ce jour, le programme de PUGE a coûté 17,5 milliards de dollars aux contribuables. Avec cet argent, le gouvernement Harper aurait pu créer 700 000 nouvelles places en garderie dans le cadre d'un programme national.

Stephen Harper affirme que le fractionnement du revenu aidera les familles. Ce qu'il ne dit pas, par contre, c'est que cette mesure ne profitera qu'à une faible minorité des ménages. Elle ne profitera pas aux familles monoparentales ni à celles dont les deux parents font sensiblement le même salaire. En fait, elle ne changera rien à la situation de 86 % des familles canadiennes. Le fractionnement du revenu allégera le fardeau fiscal des mieux nantis, un point c'est tout. Tandis qu'un programme universel de garderies aide toutes les familles et que ses retombées économiques compensent largement les coûts, la perte de recettes fiscales découlant du fractionnement du revenu se traduira par d'autres coupes dans les programmes fédéraux et par davantage d'« austérité ».

Il y a plusieurs années, notre syndicat a négocié à l'arraché des dispositions sur les services de garde pour quelques milieux de travail fédéraux. Aujourd'hui, l'employeur fait à nouveau des siennes, comme en témoigne, par exemple, l'élimination de la subvention au loyer de la garderie Les tout-petits de Tupper, qui a forcé cet établissement très fréquenté à déménager. L'opposition à nos modestes acquis persiste.

Heureusement, le mouvement de lutte pour un programme national de garderies refait lui aussi des siennes! On le verra en action à l'occasion du congrès Services de garde 2020, qui se tiendra à Winnipeg, dans mon coin de pays, du 13 au 15 novembre. Le congrès permettra à des spécialistes et des militants de partout au pays d'échanger information et stratégies. J'y représenterai notre syndicat qui, je suis fière de le rappeler, fait campagne depuis longtemps pour la création d'un programme national de garderies et coparraine le congrès.

Les parents n'ont plus les moyens d'attendre. Le pays non plus. Ils comptent sur nous pour maintenir la question à l'avant-plan jusqu'aux élections fédérales de 2015.


comments powered by Disqus

About this Entry

This page contains a single entry by Robyn Benson, PSAC published on November 10, 2014 8:30 AM.

C-377 rises from the grave was the previous entry in this blog.

Think about the children is the next entry in this blog.

Find recent content on the main index or look in the archives to find all content.

Subscribe to feed Subscribe to this blog's feed / S'abonner au flux de ce blog


This blogsite is intended to be a safe space for everyone to comment on the issues raised here. Spirited debate is encouraged, in the language of your choice, but profanity, discriminatory words and other forms of abuse are not. Feel free to speak your mind, but please keep it civil and respectful.


Ce blogue a pour objet d’offrir un espace sécuritaire où chacun peut réagir aux questions soulevées. On encourage les débats animés, dans la langue de votre choix, mais non les insultes et les propos discriminatoires. N’hésitez pas à donner votre opinion, mais faites-le de manière civilisée et respectueuse.

Categories

Powered by Movable Type 6.0.7